PRATIQUES CULTURELLES, 1973-2008 Questions de mesure et d'interprétation des résultats
Auteur(s) : Olivier Donnat
Édition : Ministère de la Culture - DEPS
Année : 2011
Nb de pages : 12

Compte rendu

L’objectif du document est d’accompagner le rapport d’enquête et de présenter les principaux écueils à éviter lors de l’interprétation des résultats. 

  1. Depuis les années 1970 de nouvelles pratiques sont apparues  (Internet, jeux vidéos, musique électronique), d’autres se sont largement modifiées (visionnage de vidéo chez soi) ; Ces données sont prises en compte pour interpréter les mutations.
  2.  Il faut tenir compte de l’évolution démographique de la société.
  3.  Les représentations sur la culture évoluent

 

 
 

Le taux de pénétration / Taux de pratique

« L’approche en termes de taux de pénétration a donc pour principal inconvénient (ou pour avantage selon le point de vue adopté) d’ignorer l’évolution quantitative de la population de référence au cours de la période étudiée ainsi que les mutations structurelles qui peuvent avoir affecté sa composition. S’il est tout à fait possible de tenir ces facteurs pour négligeables sur une courte période, cela devient impossible dans une perspective de moyen terme, surtout quand la période considérée a été marquée par de profondes mutations. »

Or la population française  a connu d’importants changements sur les plans économique, démographique et social : augmentation de la population, vieillissement  de  la  population, augmentation du niveau de formation notamment chez les femmes…

Effet d’offre et de génération

Les nouvelles technologies et les efforts  des pouvoirs publics ont engendrés une diversification des  offres (augmentation du nombre d’écrans, lecteurs Mp3, nouveaux équipements des médiathèques, etc.).

  • On parle « d’effet d’époque » lorsque une innovation touche toute la population.
  • On parle « d’effet de génération » lorsque qu’une innovation touche essentiellement les jeunes.
  • On parle « d’effet d’âge » lorsqu’une  innovation se  diffuse d’une génération à une autre.

Deux dispositifs pour analyser les résultats

  • La constitution d’un pseudo-panel consiste à réunir les données de plusieurs enquêtes indépendantes accumulées au fil du temps, en considérant que les résultats ainsi obtenus sont identiques à ceux qu’aurait produit un dispositif d’enquête où les mêmes personnes auraient été interrogées à plu- sieurs reprises (cas des véritables panels).

Double recodage des données 2008 relatives au niveau de diplôme.

Quelques réflexions  sur les  différentes approches

  • Approche générationnelle

« L’approche générationnelle s’appuie en général sur une représentation graphique qui offre une vision longitudinale du comportement des personnes interrogées dans un domaine particulier (la lecture de livres, l’écoute de musique, la fréquentation des musées, etc.) : chaque génération est représentée par une courbe avec les taux de pratique des personnes de cette génération aux différentes dates d’enquête sur l’axe des ordonnées et leur âge sur celui des abscisses. »

  • Milieu social

Le terme de démocratisation culturelle doit être réservé  » aux situations où s’observe une réduction des écarts, une fois contrôlés les effets de structure liés aux progrès de la scolarisation et à l’augmentation corrélative des effectifs des milieux sociaux les plus « spontanément » portés vers la culture (…) ; d’autre part, en distinguant plusieurs situations selon que la réduction des écarts entre milieux sociaux résulte d’une désaffection des milieux favorisés et/ou d’un rattrapage des milieux initialement en retrait : la démocratisation prend un sens différent selon qu’elle s’est effectuée «par le haut» ou «par le bas». »