Blog

Les bénéfices d’un Team Building créatif

La médiation culturelle en entreprise

            En raison de rythmes de plus en plus soutenus des entreprises, les moments d’échanges entre salariés se sont trouvés considérablement dégradés au cours de ces dernières décennies. Pourtant, de récentes études suggèrent qu’une grande partie de la satisfaction ou de l’insatisfaction vécue au travail par les salariés serait directement liée aux relations existantes entre collègues. Pour tenter de contrer ces effets délétères, de nouvelles stratégies de travail axées sur la collaboration et le travail d’équipe, ainsi que des changements structurels ont été proposés. Malheureusement, ces stratégies n’ont que partiellement réussies à obtenir les effets escomptés sur les échanges et le bien être des salariés. En conséquence, et en parallèle d’orientations relevant de choix politiques, il est apparu que trouver des stratégies alternatives permettant de (re)créer un lien entre collègues ainsi qu’un sentiment d’appartenance à l’entreprise soit devenu un objectif majeur pour les organisations. De plus, de ce lien et de ce sentiment d’appartenance pourraient également résulter une optimisation naturelle du partage des connaissances et une reconnaissance des expertises de chacun, bénéficiant tant aux membres qu’à l’entreprise elle-même. En vue de répondre à cet objectif, de récentes interventions de groupe tel que le team building ont été élaborées, et semblent être un outil opérant pour répondre à ces objectifs. Dans cet article nous tacherons de présenter en quoi consiste ces team buildings, et nous nous intéresserons plus spécifiquement à l’une de ces formes spécifiques : le team building créatif et culturel, défendu par la société Culturevia.

 

Art et cohésion

           De façon générale, un team building peut être vu comme une activité proposée aux salariés dans le but de récompenser leur implication et favoriser l’esprit d’équipe. Le team building se distingue – sans s’opposer – aux activités offertes par un comité d’entreprise (nouvellement CSE) en ce sens qu’elles sont intrinsèquement orientées vers les interactions et les échanges au sein d’un groupe de salariés. Le team building créatif et culturel quant à lui a pour particularité de proposer des activités de groupe en lien direct avec l’art et la culture (histoire, patrimoine, sciences …), répondant à la fois à un objectif de création, d’apprentissages, mais surtout de cohésion. Comme nous l’avons évoqué précédemment, la cohésion est un élément central sur les dynamiques d’un groupe. Certains facteurs structurels tels que sa taille, sa stabilité, ou sa diversité, peuvent exercer directement une influence sur cette cohésion. Au sujet de la diversité, certains auteurs suggèrent qu’un haut degré de similitude entre les membres d’un groupe, émanant d’une construction sociale ou par l’effet d’une action menée en commun, favoriserait la cohésion au sein de ce dernier. La communication entre les pairs se trouverait alors facilitée et le sentiment d’appartenance serait plus fort, aboutissant par exemple à une entre-aide entre les membres. A l’inverse, d’autres chercheurs ont suggéré quant à eux que la diversité pouvait également être une source de richesse et d’innovation, les groupes hétérogènes de salariés apportant notamment une pluralité d’idées et de solutions pour faire face aux problématiques et répondre aux objectifs de l’entreprise.

Dans ce contexte, un team building créatif et culturel aura pour but de favoriser à la fois la cohésion d’un groupe en proposant des activités structurantes, mais également de favoriser la créativité et la particularité de chacun pour répondre à un double objectif de cohésion et de diversité. En effet, face à une expérience nouvelle et notamment la pratique artistique, les participants perdent leurs repères au profit de critères d’action tels que la curiosité et la communication. La réalisation d’une œuvre d’art collective implique un engagement mutuel des participants dans un effort commun et coordonné. Il s’agit alors d’optimiser l’énergie créative de chacun par une organisation solidaire où chacun est responsable pour le tout. Un team building créatif peut donc être vu comme une occasion nouvelle et originale d’expérimenter une autre manière de travailler ensemble. Mais le développement de la coopération n’est pas le seul aspect du team building créatif, et il est également supposé que ce procédé pourrait participer au développement de l’intelligence émotionnelle chez les membres y participant.

 

Art et intelligence émotionnelle

            Le concept d’intelligence émotionnelle, qui s’est répandu dans les années 1990 au sein du monde de l’enseignement, est aujourd’hui de plus en plus sollicité dans les entreprises. Il est aujourd’hui considéré que les émotions joueraient un rôle significatif dans les interactions sociales d’un individu. Transposé au milieu du travail, la capacité à évaluer et à réguler ses émotions pourrait avoir une incidence positive sur les interactions entre individus en milieu professionnel. En offrant une meilleure compréhension de soi et de l’autre, les relations interpersonnelles entre les différents groupes de travail pourraient s’en trouver améliorées. Aussi, par le fait que l’une des conséquences principales de l’Art et de l’activité artistique soit de faire naître des émotions, il semble que l’Art puisse être un allié de choix pour la cohésion et les interactions au sein de l’entreprise.

En suscitant des émotions et des questionnements, l’expérience esthétique nous met dans un état d’esprit d’ouverture ; elle nous propose d’autres manières de regarder le monde et élargit notre champ de vision. Concernant le processus créatif, il requiert une pensée optimiste et flexible, pour répondre de manière inventive à une situation inédite. Pour l’appréhender, il est nécessaire à l’individu d’activer un mécanisme d’association (combinaison ingénieuse des connaissances disponibles), de développer sa curiosité et d’être tolérant à l’ambiguïté face à un processus dont on ne connait pas l’issue. Enfin, la réalisation d’une œuvre d’art collective implique de mettre ses émotions au service du groupe, de faire preuve d’adaptation et de persévérance. Autant de savoir-faire et de savoir-être indispensables à l’entreprise.  

           Face aux enjeux des entreprises évoqués en introduction de cet article, et dans un monde toujours plus en quête de vitesse, concluons ce dernier avec une touche d’ironie, en disant que l’art produit du retard…Ou plus exactement, l’art offre un ralentissement…Le temps nécessaire pour reprendre son inspiration…

« La première condition du bonheur est que l’homme puisse trouver joie au travail. Il n’y a vraie joie dans le repos, le loisir, que si le travail joyeux le précède. » André Gide

La société Culturevia fait de l’art et de la culture un vecteur de changement pour l’entreprise. Elle conçoit et anime des team building créatifs et d’autres formes d’accompagnement (installation d’œuvres, intervention artistique), pour faire rentrer l’art dans les organisations.

Bibliographie

  • BERGSON Henri, la pensée et le mouvant, Les Presses universitaires de France, 1969
  • BERTHOIN ANTAL Ariane, The Social Science Research Center Berlin (WZB). Artistic interventions in small organizations: Why do the stakeholders engage and what do they value from the experience? Preliminary findings from an evaluation of “Creative Pills” produced by Conexiones improbables 2011-2012, 2012.
  • CARROLL Noël. « Arts, émotion et Évolution », Nouvelle revue d’esthétique, vol. 11, no. 1, 2013.
  • COX T., J., BLAKE, S., “Managing Cultural Diversity: Implications for Organizational Competitiveness”, Academy of Management Executive 5, 1991.
  • CORMIER, S., Dénouer les conflits relationnels en milieu de travail, Presses de l’Université du Québec, 2004.
  • FRECHES José, Art & Cie : L’art est indispensable à l’entreprise. Collection : Stratégies et management, Dunod, 2005.
  • ELY, R., J., 2004, “A Field Study of Group Diversity, Participation in Diversity Education Programs, and Performance”, Journal of Organizational Behavior 25(6), pp. 755-80.
  • GIDE André, Journal (1889-1939), Bibliothèque de la Pléiade – Gallimard, 1939.
  • GOLEMAN Daniel, L’intelligence émotionnelle I, II, J’ai lu, 2014.
  • MICHINOV Estelle et Nicolas, « Travail collaboratif et mémoire transactive : revue critique et perspectives de recherche », Le travail humain, vol. 76, n° 1, 2013.
  • MILLIKEN, F., J., MARTINS, L., L., “Searching for Common Threads: Understanding the Multiple Effects of Diversity in Organizational Groups”, Academy of Management Review 21(2), 1996.
  • O’REILLY, C., A., CALDWELL D., F., BARNETT, W., P., “Work Group Demography, Social Integration, and Turnover”, Administrative Science Quarterly 34, 1989.
  • REY Léonor, Étude des mutations de l’artiste et de l’entreprise dans leur relation commune, Mémoire de Master II : Métiers des arts et de la culture. Université Lumière Lyon II : Faculté d’Anthropologie et de sociologie, 2011
  • SHAEFFER Jean-Marie, L’expérience esthétique, NRF essais – Gallimard, 2015.
  • TERRET Anaïs, Les apports de l’art au management, le cas des interventions artistiques en entreprises, AMO (Alternative Management Observatory) – HEC Paris, 2013.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *