Filmer la prison, Filmer en prison: Les nouvelles représentations du monde carcéral dans le cinéma Français
Auteur(s) : Leroy Alice
Édition : Esprit, n°371
Année : 2011
Nb de pages : 18-29

Compte rendu

L’auteur distingue trois types de représentation de la prison au cinéma :

  • le film de prison (et d’évasion) met en scène l’univers carcéral selon des conventions esthétiques et narratives (un ‘novice’ découvre les règles et passe des épreuves).

La prison est dépeinte comme une école du crime ou le chemin de la rédemption. Ce cinéma engage une réflexion critique sur le système carcéral.

  • Le documentaire carcéral

On trouve un cinéma militant qui replace la prison au cœur du débat public et des documentaires qui centrent leur regard sur la figure du détenu.

  • Le film coréalisé par les détenus

Ce type d’approche permet des expérimentations cinématographiques.

Les films cités : Angels with Dirty Faces de Michael Curtiz (1938), Un condamné à mort s’est échappé de Robert Bresson (1956), Le trou de Jacques Becker (1960), The Shawshank Redemption de Frank Darabont (1994),  Sauf le silence (2006), Un prophète de Jacques Audiard (2009), Shutter Island de Martin Scorcese (2010), Cellule 211 de Daniel Monzon (2009), Bronson de  Nicolas Winding (2008), Dog Pound de Kim Chapiron (2010), Le sens de nos peines de Stéphane Cazès, Qu’un seul tienne et les autres suivront de Léa Fehner, Les mains libres de Brigitte Sy

Les documentaires cités : la série de Charles Brabant et Frédéric Pottecher, Femmes de Fleury de Jean-Michel Carré (1990), Les enfants des prisons (1992), Galères de femmes (1993).

Les films coréalisés : De jour comme de nuit de Renaud Victor (1991), Sans elle(s) de Hélène Guillaume (2001), la série Fragments (2005) , A la limite…Traces (2009).